Écho de presse

René Maran, premier écrivain noir à recevoir le Goncourt

le 07/05/2022 par Pierre Ancery
le 09/07/2019 par Pierre Ancery - modifié le 07/05/2022
Portrait de René Maran, agence Meurisse, 1930 - source : Gallica-BnF
Portrait de René Maran, agence Meurisse, 1930 - source : Gallica-BnF

Avec son roman Batouala, dont la préface fustige certains aspects du colonialisme en Afrique, l'écrivain René Maran remporte en 1921 le prestigieux prix littéraire. L'ouvrage suscite la controverse et la presse est divisée sur les mérites de cet « auteur exotique ».  

Le 15 décembre 1921, les journaux parisiens révèlent le nom du nouveau lauréat du prix Goncourt, plus importante récompense littéraire française : René Maran, un écrivain de 34 ans, pour son roman Batouala. Lequel décrit, du point de vue d'un chef traditionnel, la vie d'un village en Oubangui-Chari, en Afrique-Equatoriale française.

 

Surprise : le lauréat est Noir, ce que toute la presse ne manque pas de relever. C'est en effet la première fois qu'un écrivain « de couleur » se voit récompensé par un prix aussi prestigieux. René Maran, né en 1887 dans le bateau qui mène ses parents guyanais à la Martinique, a fait ses études en France et occupe alors un poste d'administrateur colonial sur les lieux mêmes où se déroule son roman.

Dans un premier temps, le livre s'attire des critiques positives. Mais les premiers commentaires sur René Maran, même lorsqu'ils se voudro...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée.