Écho de presse

Les « spirituals », les chants d’esclaves à l’origine de la musique gospel

le 23/10/2021 par Pierre Ancery
le 18/10/2021 par Pierre Ancery - modifié le 23/10/2021
L'ensemble vocal des Fisk Jubilee Singers, 1875 - source : WikiCommons
L'ensemble vocal des Fisk Jubilee Singers, 1875 - source : WikiCommons

A l’origine chants religieux des esclaves noirs des États-Unis, les spirituals sont popularisés en France, sous leur forme enregistrée, dans l’entre-deux guerres. La presse s’intéresse alors à cette musique venue d’outre-Atlantique.

Également appelé negro spiritual, le spiritual est un genre musical né au XIXe siècle parmi les esclaves afro-américains. Issu du mélange entre des traditions musicales africaines et européennes, il est marqué par la dominante religieuse des paroles. Chants d’espoir, les spirituals sont d’abord un dialogue avec Dieu : ce sont des cantiques, qui font référence dans leur majorité à l’Ancien Testament.

Mais la plupart évoquent aussi, en filigrane, les conditions de vie abominables des esclaves noirs aux États-Unis, pays où l’esclavage demeura en vigueur jusqu’en 1865. Entonnés en chœur ou sur le mode de la « question-réponse », les spirituals sont à l’origine des work songs, chantés pour rythmer le travail dans les champs. Les nombreuses références qui y sont faites à l’oppression du peuple hébreu, tirées de la Bible, font ainsi écho aux souffrances présentes des esclaves.

Les spirituals vont devenir, à la fin du XIXe siècle...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet