Cycle

Ecouter de la « musique noire » en France au début du XXe siècle

le 01/01/1970 par
le 01/01/1970 par - modifié le 01/01/1970

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les musiques caribéennes et afro-américaines s’implantent progressivement dans un Paris traumatisé, qui souhaite oublier et se divertir.

Le jazz américain et la samba brésilienne conquièrent les music-halls de la capitale, la danseuse Joséphine Baker fascine les foules, tandis que dans les milieux intellectuels, Gide, Cocteau puis les surréalistes se passionnent pour ce que l’on nommera bientôt les « Arts nègres ». Ce sont les Années folles, et leur euphorie, couplée à un exode rural de plus en plus marqué, se communique dans toutes les villes du pays.

RetroNews s’attarde sur la découverte progressive d’une culture musicale noire et métisse encore largement invisibilisée, et la couverture médiatique dont celle-ci a pu faire l’objet entre 1920 et l’après-Seconde Guerre mondiale.

– Chapitre 01
– Chapitre 02
– Chapitre 03
– Chapitre 04

1930-1950 : la France découvre le blues

Par

Apparu au début des années 1920 aux États-Unis, le blues arrive en France via son cousin le jazz et les représentations de la Revue Nègre. Toutefois, il s’agit encore d’un concept polysémique flou - une danse ? un sentiment d'abattement ? - et non pas d’une musique à part entière.

Lire la suite
– Chapitre 05
– Chapitre 06
– Chapitre 07
– Chapitre 08
– Chapitre 09
– Chapitre 10
– Chapitre 11

Sur le même sujet

Sur le même sujet