Écho de presse

En 1911, la « croisade des ménagères » contre « la vie chère »

le 07/01/2022 par Marina Bellot
le 15/05/2019 par Marina Bellot - modifié le 07/01/2022
Photographie parue dans le quotidien La Presse du 2 septembre 1911 - source : RetroNews-BnF
Photographie parue dans le quotidien La Presse du 2 septembre 1911 - source : RetroNews-BnF

Après plusieurs décennies d'amélioration de leur niveau de vie, les femmes sont en première ligne pour protester contre l'augmentation des produits de premières nécessité. Une lutte dont se fait l’écho la presse française.

Elles défilent dans les rues au chant de l’Internationale. Alors que les conditions de vie marquent une amélioration, en atteste l’allongement de l’espérance de vie, une hausse des prix soudaine complique le quotidien des « ménagères ». Sucre, beurre, ou encore viande : les prix augmentent et génèrent de la colère. En première ligne, les femmes. Elles prennent les rênes de la lutte qui s’exprime avec âpreté, notamment dans le nord de la France, où le climat est particulièrement tendu comme s'en fait l'écho le très conservateur Gaulois dans son édition du 1er septembre 1911 :

« Partout la surexcitation est extrême et partout également les incidents les plus violents se produisent. » 

Les commerçants qui n’acceptent pas de baisser leur prix sont sanctionnés sans autre forme de procès :

« Les épiciers du faubourg de l'Isle, à Saint Quentin, sont particulièrement visés. L'épicerie de M. Leduc a été pillée. Les sacs de légumes ont été vidés, le sucre, le sel, le poivre, etc., ont été répandus dans la rue. [....

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée.